....
...........| VOUS ETES | NOUS SOMMES | REPERES | C'EST ECRIT | CONTACT | HOME |
 

Articles Publiés...

Repérer les compétences en recrutement par Franck Damée - avril 2021

La compétence est comme le vent : elle n'est pas matérielle, on ne la voit pas mais on peut seulement reconnaître sa présence en observant ses effets. 

Comment les recruteurs s'y prennent pour repérer les compétences des candidats ? La solution la plus évidente consiste à mettre le candidat en situation professionnelle, demander à un maçon de monter un mur ou à un comptable d'établir un bilan, puis vérifier que le travail demandé est correctement réalisé. Si l'épreuve est concluante, on peut supposer que le candidat possède les compétences nécessaires à l'accomplissement de la tâche. Il reste que cette solution peut s'avérer coûteuse (par exemple pour vérifier la compétence "piloter un avion de ligne") difficile à mettre en ouvre (par exemple pour vérifier la compétence "animer une conférence") ou bien encore trop risquée (par exemple pour vérifier la compétence "opérer à cour ouvert"). D'autres approches de repérage des compétences ont donc été développées pour pallier ces inconvénients.

1- Le discours sur la pratique professionnelle
Dans cette approche, le recruteur fait parler le candidat sur sa pratique professionnelle . Le discours peut être technique (le candidat est capable de décrire un processus de fabrication) ou anecdotique (le candidat relate des épisodes de son passé professionnel). Cette technique de questionnement est en apparence simple à mettre en ouvre mais elle requiert une bonne connaissance du métier évoqué, et surtout une vraie maîtrise des techniques d'entretien (ne s'improvise pas recruteur qui veut.). Par ailleurs, cette technique ne suffit pas toujours à valider la compétence : ce n'est pas parce qu'on connait par cour ses recettes de cuisine qu'on sait cuisiner.

suite de l'article ICI

COVID-19 : Les salariés qui réintègreront leur entreprise le 11 mai ne seront pas les mêmes que ceux qui en sont sortis le 16 mars. par Emmanuelle Vanderlekem - avril 2020

A l'heure ou seulement 8 à 10 % des entreprises françaises ont mis en place une démarche pour accompagner leurs salariés après le confinement, il est temps de réfléchir à la meilleure manière de remettre en marche les moteurs et les cours de l'entreprise : ses collaborateurs.

Période inédite pour la santé, l'économie, l'écologie, l'Humain. Comment les Entreprises vont remotiver les équipes après cette période de confinement ? Pour beaucoup d'entreprises, la crise du Covid 19 est brutale. Une crise est un état transitoire entre deux périodes d'équilibre. Cet état appelle immanquablement le changement si l'on veut survivre. Elle permet de tirer les enseignements de ce que nous venons de vivre en termes d'organisation, de méthodologie, d'anticipation, de gestion économique, de gestion humaine. Elle nous pousse dans une nouvelle zone que l'on appelle communément "zone d'inconfort" où l'on expérimente de nouvelles choses pour s'adapter. Outre le nombre d'obstacles techniques liés à la généralisation du télétravail, se pose la question de réinventer nos organisations souvent fondées sur un micro-management devenu obsolète.

Les salariés qui reviendront ne seront peut-être plus les mêmes : peurs, craintes, distanciation sociale, défiance vis-à-vis des collègues qui pourrait être contaminants, prise de recul sur la valeur accordée au travail, coopération en berne. Certains auront des semaines de chômage partiel derrière eux et auront besoin de réapprendre à faire confiance à l'entreprise. Dans un contexte qui reste anxiogène, certaines réactions physiologiques peuvent se déclencher : la fuite (je fuis les collaborations, j'évite le contact.), la paralysie (j'ai peur de me faire contaminer, je n'avance pas sur mon travail.), ou l'attaque (j'agresse les autres et les organisations.) Conséquences pour l'Entreprise : moins de productivité, perte de collaboration, perte de sens au travail, d'engagement. L'Entreprise de demain devra se réinventer.

suite de l'article ICI

Au travail, les jeunes ! par Franck Damée - septembre 2019

"Pourquoi l'homme travaille-t-il ? Qu'est-ce qui fait qu'il occupe une place déterminée dans l'organisation sociale, qu'il accepte de s'y tenir et d'accomplir sa tâche ?" C'est la question que se pose l'architecte Jean- Pierre Martin dans "La carte et le territoire", le Goncourt de Michel Houellebecq. Et c'est aussi cette question qui mobilise toute l'attention des économistes et des sociologues qui œuvrent dans les plus hautes sphères de l'Etat… De tous les Etats en fait ! Car à part quelques rares exceptions sur notre planète Terre, pour qu'un Etat vive et se développe, il faut que sa population accepte massivement de travailler : une population qui travaille produit de la richesse que l'Etat ponctionne (plus ou moins selon les Etats) pour son fonctionnement et son développement...
Mais pour cela, il faut encore que la population accepte de travailler, et c'est le rôle des dirigeants de motiver les troupes. Seulement, les vieilles recettes ne fonctionnent plus : l'esclavage ou le travail obligatoire des régimes totalitaires sont d'un autre temps (presque partout) et les incitations financières et fiscales (primes, défiscalisation des heures supplémentaires) ou les slogans pleins de promesses (travailler plus pour gagner plus) ne font plus rêver le travailleur. " For the times they are a changing" chantait Bob "Zimmerman" Dylan en 1964, et dans un autre registre, Jean Rousselet écrivait dix ans plus tard "Pourquoi travailler ? Pour obéir aux lois de la politique, de la religion et de la morale ? Pour dominer la nature, préparer son salut ou "se faire en faisant" ? Pourquoi pas, simplement, travailler pour vivre ? En grand nombre les jeunes refusent cette sacralisation du travail dont notre culture occidentale est tellement pénétrée qu'elle y voit le meilleur ciment des sociétés et le principal facteur d'épanouissement personnel. Pour eux, il n'est déjà plus qu'une activité parmi d'autres, dépouillée de toute valeur transcendante. Un peu plus timidement, les aînés commencent aussi à s'en détourner pour lui préférer d'autres horizons et d'autres modèles de réussite. La qualité de la vie l'emporte sur celle des tâches et des responsabilités." Le débat était sur la table en 1974 déjà et la prose de Rousselet semble toujours plus actuelle !

suite de l'article ICI

Quand la Génération Z révolutionne le travail, les conseillers emploi réinventent leur métier Franck Damée - janvier 2018

Quand le travail n'a plus la cote Franck Damée - janvier 2017

Les nouveaux codes de la recherche d'emploi Franck Damée - mai 2016

La supervision des PAHRA : quels apports ? Franck Damée - fév. 2016

La pédagogie expérientielle, une voie pour changer notre niveau de conscience Franck Damée - nov. 2015

Le Conseil en Evolution Professionnelle : de l'esprit du texte aux premiers pas Franck Damée - mai 2015

Quatre cas de supervision Franck Damée - janvier 2015

Le Conseil en Evolution Professionnelle : une chance pour les opérateurs Bilans de Compétences ? Franck Damée - septembre 2014

Comment construire un Système de preuves Verbales des Compétences Franck Damée - mars 2014

Le coin du coach : êtes-vous un golfeur affectif ? Franck Damée - novembre 2013

Le coaching professionnel sous hypnose Franck Damée - septembre. 2013

Le coin du coach : la paille et la patate Franck Damée - juin 2013

In search of fighting spirit Franck Damée - avril 2013

Le coin du coach : le profil de Jimenez Franck Damée - avril 2013

45,93 grammes Franck Damée - février 2013

Il faut cultiver notre mobilité professionnelle Franck Damée - décembre 2012

Où va le bilan de compétences ? Franck Damée - novembre 2012

Un bilan de compétences... Pour ne pas changer d'entreprise Franck Damée - juin 2012

Les trois monnaies sur lesquelles se négocie l'emploi Franck Damée - mai 2012

Approche communautaire et prévention des RPS Sophie Devulder et Franck Damée - mars 2012

L'approche communautaire : l'exemple d'un dispositif de prévention du SIDA interview de Sophie Devulder - février 2012

Bonnes résolutions : difficiles à tenir Nadia Daki - mai 2011 (publication viesaineetzen.com)

Quand le hobby s'invite en entreprise Sabine Ganansia - mars 2011 (publication bedouk)

Motivations au travail et personnalité : ce que veulent les salariés Franck Damée - janvier 2011

Motivation extrinsèque et orientation professionnelle Franck Damée - octobre 2010

Tout le monde peut se tromper Franck Damée - septembre 2010

Posture et in-posture du coaching Franck Damée - février 2010

Le système de preuves verbales des compétences Franck Damée - décembre 2009

Le paradoxe de l'engagement : quand le problème barre l'accès à la solution Franck Damée - juin 2009

La pyramide du dauphin Franck Damée - mars 2009

L'homme est un projet qui se vit subjectivement Franck Damée - janvier 2009

La dictature du Projet Mahina Schlubach - janvier 2009

L'expérience métaphorique : un raccourci vers la connaissance durable Franck Damée - décembre 2008

Tout ce que j'ai appris du coaching sur le golf (ou le contraire) Franck Damée - mars 2008

Tout ce que j'ai appris du golf sur le coaching (ou le contraire) Franck Damée - janvier 2008

Repenser le Bilan de Compétences Franck Damée - novembre 2007

L'orientation scolaire et professionnelle & la cristallisation de l'angoisse existentielle Franck Damée - septembre 1993 - mise en ligne de l'ebook oct. 2018

 

.2007© SARL Conjugueurs de Talents - www.conjugueursdetalents.com ............................................................................................ Mentions Légales